Skip to content

Après le sexe, l’émotion d’Eve Ensler

février 20, 2012

LITTERATURE

Une adolescente futile adresse une lettre à Rihanna, la suppliant de tolérer la violence de son amant (1). Une jeune bisexuelle peste contre ceux qui l’enferment dans une case. Une anorexique heureuse prodigue des conseils sur son blog. Une iranienne défend une version atypique de la beauté. Une esclave sexuelle fait le récit des deux années de torture où elle n’a pas capitulé. Voici quelques uns des trente monologues qui composent Je suis une créature émotionnelle (2), le deuxième ouvrage d’Eve Ensler.
Le dernier, Les monologues du Vagin, pièce de théâtre traduite dans 50 langues et jouée dans 50 pays, fête déjà ses quatorze ans. Depuis, l’auteure a fondé une association de lutte contre les violences faites aux femmes : V-Day. Avec elle, Eve, l’oreille tendue, parcoure le monde et recueille, au détour, des histoires singulières. Les émotions qui confirment la règle. Réalités et fictions s’entrecroisent dans cet ouvrage qui écarte astucieusement les stéréotypes et caricatures figées. Elle offre pourtant sur le même plan des souffrances profondes et la superficialité d’adolescentes américaines, soucieuses d’être acceptées dans un groupe ou de plaire aux mauvais garçons. La morale des déboires ? Eve Ensler appelle les adolescentes à se questionner et les exhorte à vivre leur vie comme elles le veulent, à se libérer de ce qui les contraint (3). Un message servi par une belle plume.
Car ce qui frappe quand on se replonge dans du Eve Ensler, ce sont ces monologues stylisés : les premiers aux phrases décousues, les sortes de poèmes en rimes ou prose (moins efficaces en Français qu’en Anglais). Ce qui percute, ce sont les mots qui glissent, les gimmicks qui s’immiscent. Ce qui fait tiquer, ce sont les vers déguisés qui font alterner détails frivoles et ressentis forts. Véritables points communs avec Les monologues du vagin. Moins choquant, moins novateur, moins inattendu, Je suis une créature émotionnelle est une lecture aisée de moins de deux heures à réserver pour un après-midi d’été. Et un amas de vécus bruts à prendre en pleine face.

Léa Lejeune

1 Cela n’est pas sans rappeler le débordement des fans de Chris Brown, ex de Rihanna, lors des Grammy Awards 2012, déclarant sur Twitter qu’elles seraient prêtes à être frappées par lui, elles.

2 Je suis une créature émotionnelle, Eve Ensler, Editions 10/18, novembre 2011.

3 D’après l’auteure, « 74% (des jeunes filles) affirment être sous pression pour plaire à tout le monde ».

Publicités
One Comment leave one →
  1. Maddy permalink
    août 14, 2013 6:07

    J’ai lu ce livre en début de première L, l’année dernière. Je l’ai ensuite fait circuler autour de moi, dans ma classe majoritairement féminine. Il est devenu symbolique d’un passage : chaque jeudi quelqu’un me le rendait et je le refourguais à quelqu’un d’autre. Il nous a donné envie de vivre pleinement et de nous battre pour notre avenir, pour le choix de nos études. Nous l’avons même intégré à notre spectacle de théâtre, une interprétation de l’Assemblée des femmes d’Aristophane, pièce plutôt misogyne au départ que nous avons transformé en plaidoyer féministe. Je pense pouvoir dire que Je suis une créature émotionnelle a changé ma vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :