Skip to content

40 ans du MLF, un héritage maudit?

novembre 5, 2010

EDITO « Je suis content de voir ça sous tes bras. – Quoi ? – Bein, pas de poils…», me répond J. en l’an 2010. Je viens juste de lui annoncer que je suis féministe. Avant de l’entendre poursuivre : « en plus t’es pas lesbienne, tu détestes pas les hommes, tu mets des jupes, etc ». Quelle horreur d’entendre des propos si caricaturaux plus trois décennies après mai 68 ! S’il faut encore le répéter, les féministes d’aujourd’hui sont comme tout le monde. Il y a Rose, 20 ans, étudiante en lettres qui participe parfois aux réunions d’Osez le féminisme, s’habille souvent court mais toujours avec beaucoup de goût. Ou Sarah, diplômée de Sciences Po Grenoble qui a été stagiaire au Lobby européen des femmes. En couple depuis 7 ans, elle ne perd jamais une occasion de remettre les relous en place en soirée. Ou encore Stéphanie, 28 ans, qui préfère les filles mais collectionne les potes mecs. Tout un panel de personnalités et de vécus qu’on ne pourrait rassembler dans une seule case.

 

Histoire de meufs

A l’heure où la presse fête unanimement les 40 ans du MLF (Mouvement de Libération de la femme), je me demande si l’image négative des féministes n’est pas leur héritage. En partie. Le MLF, c’est ce groupe très vaste, fondé le 26 août 1970 en déposant une gerbe sous l’Arc de triomphe pour la mémoire de la personne plus inconnue que le soldat inconnu : sa femme. Le MLF, c’est donc un groupe héritier de mai 68 qui faisait appel à une sexualité plus libérée, à brûler les soutiens-gorge, à une forme d’autogestion comme une rébellion supplémentaire. Et si moi je n’adhère pas à ses thèses ? Celles d’un groupe qui avait effectivement une branche plus radicale qui défendait bec et ongles « la destruction totale du système de production et de reproduction patriarcal ». Et n’acceptait aucun homme parmi ses membres. Un peu extrême, oui. Le féminisme français – une des exceptions européennes – se traîne encore aujourd’hui cette réputation : des femmes forcément revendicatrices, acharnées, anti-hommes, voire chiantes. A l’image des Chiennes de garde qui soutiennent, par exemple, que les femmes doivent conserver la garde des enfants après un divorce, même quand le père est aussi envieux et compétent.

Vies de meufs

Comme tout héritage, il a ses mauvaises surprises. On passe encore des soirées à essayer de se défendre lorsqu’on avoue notre allégeance à la cause des femmes. Quand on n’en a pas honte. Combien de fois entend-on des filles complètement libérées asséner du « Je ne suis pas féministe, mais… » Comme pour se dédouaner de ce qui va suivre, redonner de la légitimité à leur propos. Poilant. Chantal Brunel, elle-même – la rapporteure de l’observatoire de la parité – se sentait obligée de se justifier dans un article des Inrocks « Je ne suis pas féministe, dans la mesure où je suis mariée, j’ai des enfants et je sais combien la vie familiale et privée est importante ». Et nous alors, on est censé cracher sur tout ça ? Pas la peine de te justifier, Chantal, être féministe aujourd’hui c’est avant tout une posture. Pas un extrême défendu par certains courants du MLF.

Le féminisme est plus discret, plus ouvert. Charlotta, étudiante de Suède, un pays où le féminisme touche toutes les segments de la population, explique : « Pour moi, c’est normal, rien d’extrême, c’est juste être pour l’égalité des êtres humains et la défendre au quotidien ». Les nouveaux mouvements français sont plus pragmatiques que leurs aëux. Qui oserait encore taxer Osez le féminisme, Femmes solidaires ou Mix-cités, d’acharnées alors qu’aucune de leurs actions ou slogans ne choquent ? Ou d’anti-hommes alors que plusieurs sont présents à chacune de leurs réunions ? Si toutes savent ce qu’elles doivent au MLF, elles ont su s’en démarquer.

Blog de meufs

Ces mouvements s’organisent pour défendre pêle-mêle des choses très concrètes que nous aborderons un jour ou l’autre dans ce blog : l’égalité dans l’accès à l’emploi ou aux positions de pouvoir, l’égalité des salaires, les différents modes de garde des enfants, le partage des tâches ménagères, la parité en politique, l’arrêt de l’asservissement à UN idéal physique féminin (En bref : mince-à-grosse-poitrine-aux-cheveux-longs-qui-se maquille), l’arrêt de la violence verbale et physique, et ce qu’on oublie souvent parce qu’on en profite parfois : la fin de l’infantilisation qui mène à des traitements différenciés.

Léa Lejeune

Publicités
10 commentaires leave one →
  1. novembre 9, 2010 1:01

    On peut pas avoir des MILFS à la place ?

    A part ça moi tu sais l’égalité des sexes… J’ai envie de dire vive la femme objet ! Soyons machos et continuons à dominer le sexe faible ! Amen.

  2. Léa permalink*
    novembre 9, 2010 1:05

    Les MILFs sous un angle féministe…je prends, ce sera un de nos prochains sujets. Sinon il y avait un très bon article de @vincentglad sur le sujet dans le dernier numéro de « Snatch », un très bon magazine culturel. Voilou !

  3. Matthieu permalink
    novembre 9, 2010 1:10

    Un blog-miroir sur les sujets de société dont les propositions engagées représentent autant de meilleures solutions pour un vivre-ensemble qui fait une place à chacune des femmes. Où sont les hommes ? Si c’est bien de la sociologie féminine dont il s’agit, reste à savoir si l’un ne va pas sans l’autre. Et si l’une y trouve sa place, qu’elle soit dans son rôle et ses fonctions, fonctionnant, permettent en principe, de ne pas être un blog intrus, dans un ensemble de valeurs fondamentales et fondatrices, mais bien l’outil d’information et de journalisation du réel et des rêves des femmes, pour autoriser la culture commune à transformer le contexte dans lequel, les solutions elle-mêmes, pourront naître, renaître et renaître encore. Car c’est un blog d’audace, encore de l’audace et toujours de l’audace.

    D’avance, bon courage et bonne continuation.

  4. novembre 9, 2010 1:29

    Noël approche, je propose un article sur les jouets de filles :

  5. Roro permalink
    novembre 9, 2010 1:30

    hihi

  6. Roro permalink
    novembre 9, 2010 1:46

    ahah

  7. Roro permalink
    novembre 9, 2010 1:49

    lolilol

  8. Beerseerkr permalink
    novembre 9, 2010 2:16

    Très intéressant blog, avec des idées de débats, et une réflexion de fond : le dialogue hommes / femmes est dans telle situation, qui n’est évidemment pas satisfaisante pour vous les femmes. Nous en débattrons ici pour déterminer comment en sortir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :